Why Homeschooling : Le rythme de l’enfant

FAMILY HOMESCHOOLING KIDS

whs4

Cet article fait partie d’une série expliquant les raisons de notre choix de faire l’école à la maison pour nos enfants. Vous pouvez lire l’introduction ici, ainsi que les autres articles.

Cet article fait directement suite au précédent sur l’importance des activités extérieures.

Mais parfois, c’est « too much ». Notre fils n’avait qu’une seule activité par semaine. Il en voulait d’autres. On a retourné ça dans tous les sens, c’était vraiment compliqué, au niveau organisation de la famille, transport, mais aussi fatigue cumulée. Donc oui, on l’a privé. On lui a dit que ce n’était pas possible. Là, avec une souplesse dans les horaires, ça sera possible de faire plusieurs choses. Ca lui permettra de faire des choses « hors scolaires », de le faire avec des enfants qui partagent les mêmes intérêts que lui (et pas forcément du même âge, c’est pas grave !), avec la fatigue et le stress quotidien en moins. Certains loulous sont plus sensibles au stress et d’autres le gèrent très très bien et certaines mamans sont des wonderwomans taxi-drivers. Je ne le suis pas ! Je ne souhaite pas non plus que mes enfants aient un emploi du temps de ministre. Ils sont trop jeunes pour être stressés. Je les couve peut être me direz-vous ? Peut être. Mais en tant que psy du travail, j’ai vu ce que le stress professionnel et le stress du « train-train » quotidien peuvent avoir comme conséquence sur des adultes. Ca me suffit comme argument. De plus, le cerveau a besoin de repos pour intégrer les apprentissages et permettre un meilleur ancrage. Certains professionnels (psychomotriciens par exemple) militent pour un rythme plus calme pour permettre à l’enfant d’être apaisé, épanouie et plus serein.

  • Le rythme, raisonnement de l’enfant et agir de façon sensée

Selon leurs capacités, les enfants apprennent et intègrent les différents types d’informations à un rythme différent. Un élève peut être plus rapide en lecture, mais plus lent en calcul. Un enfant peut avoir un niveau « français CP » et un niveau « maths CE2 » car plus à l’aise en maths. Cela fait-il de lui un idiot ? Doit-on absolument lui coller l’étiquette « échec scolaire » ?

L’un est à l’aise avec l’apprentissage « par cœur  » alors que l’autre a un énorme besoin de savoir d’abord « a quoi ça va servir d’apprendre ça ». La motivation a une part extrêmement importante dans l’apprentissage, et du coup, dans l’ancrage et la mémorisation. Le fait de savoir « pourquoi » ou « comment ça fonctionne » peut motiver les enfants… L’instruction en famille permet de poser un peu plus les choses et même… de permettre aux parents de parfois se remettre clairement en question sur les attentes manifestés envers les enfants. Certains penseront peut-être que le fait d’expliquer « pourquoi » aux enfants va les transformer en enfants gâtés face auxquels il faudra toujours se justifier… Non… c’est juste le fait de « donner du sens » à ce que l’on fait, donner du sens au quotidien, apprendre à effectuer les choses avec conviction et clairvoyance, et ne plus faire selon les normes sociales ou le « moule de la société ». Et puis… les « gourous du développement personnel » reviennent tous à l’essentiel : Pourquoi nous faisons ce que nous faisons ? (Simon Sinek, Tony Robbins,…). Ce ne serait pas juste de réserver cette question à l’adulte… apprenons à redevenir enfant et à poser la bonne question « pourquoi ? ».

  • Le rythme scolaire vs. rythme chronobiologique

Je pense que sur ce point là, peu de personnes pourront être sceptiques. Les journées sont longues. Avant la réforme des rythmes scolaires de l’année dernière, la France faisait partie des pays dont les journées d’écoles étaient les plus longues. Les petits finlandais ont école de 8h à 13h/14h, et sont considérés comme les plus performants d’Europe. Pas que je recherche la performance, mais on s’aperçoit que « en faire moins » ne les rends pas bêtes, quoi !! Et en plus, ils se payent le luxe d’attacher beaucoup d’importance à la musique, à l’art, au sport, aux langues vivantes très tôt. Y’a un ratio Quantité vs. Qualité fort intéressant. Pour les sceptiques, voici quelques articles à lire à ce sujet !

http://www.slate.fr/story/22041/les-rythmes-scolaires-ca-donne-quoi-ailleurs

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2008/09/10/01016-20080910ARTFIG00046-l-ocde-critique-les-rythmes-scolaires-francais-.php

http://www.robert-schuman.eu/fr/questions-d-europe/0212-les-rythmes-scolaires-dans-l-union-europeenne

Et malgré tout, je sais aussi que si en France l’école se terminait à 14h, ce serait panique totale pour tout le monde : comment on va faire pour le travail ? Qui va récupérer mes gamins ? Comment je vais les faire garder ? Ce n’est pas qu’une question d’école, c’est toute la société qui est concernée : pouvoir d’achats des familles, besoin de deux salaires pour vivre, cas des familles monoparentales… Bref, avant de rogner 2 heures d’écoles par jour, les autorités ont d’autres chats à fouetter. Si notre pays y arrive, cela va prendre des décennies, et nos enfants n’en bénéficieront pas. En attendons, nous agissons au maximum selon nos convictions. Nous refusons que notre avenir et celui de nos enfants dépendent des réformes.

Vous pouvez voir ici une belle intervention du Dr. Catherine Gueguen, pédiatre et auteure du livre « Pour une Enfance heureuse » :

https://www.facebook.com/BeingandBecomingFilm/videos/711846325616130/

Au-delà des horaires, il y a aussi le rythme biologique qui a un impact sur l’attention, la concentration, la mémoire. Il y a des créneaux horaires plus adaptés à l’étude, d’autres au repos. Mais voilà… nous ne savons plus écouter notre corps et ses besoins. Dans 20 ans, ça sera pire. On aimerait transmettre à nos enfants le fait d’écouter et de respecter les besoins de leurs corps pour que le reste puisse suivre. Ca va nous demander à nous mêmes d’adopter ou de ré adopter de bonnes habitudes et ce n’est pas évident.

  • La perte de temps

Se mettre en rang, sortir le bon stylo, prendre le bon cahier, attendre que les 27 autres élèves se calment avant de pouvoir continuer… Une consigne très simple peut prendre 30 minutes dans une classe… Tout le  monde attend tout le monde… En instruction en famille, même si on suit le programme scolaire, on peut aborder en 3 heures environ une journée d’école… Je préfère même que mon gamin saute sur le canapé pendant 30 minutes plutôt qu’il attende plusieurs fois par jour 30 minutes (à ne rien faire) pour pouvoir avancer. Le temps est précieux pour nous adultes, acceptons l’idée qu’il soit également précieux pour les enfants.

RDV au prochain article pour connaître les raisons liées à la vie de famille !

Pour poursuivre, la série d’articles sur le choix de l’école à la maison :

Le choix de l’école à la maison

Les raisons liées au développement du potentiel de l’enfant

Les raisons liées à « l’ouverture » sur le reste du monde vs. stress

Les raisons liées au rythme de l’enfant

Les raisons liées à la vie familiale

Vous pouvez suivre nos aventures sur notre page Facebook et sur Instagram.

Visuel : bol2beAlive
Picto : designed by Freepik
Pin It

Lydia