Etre à son compte : Est-ce qu’on gagne bien sa vie ?

ENTREPRENDRE AU QUOTIDIEN FREELANCING

Alors… si vous souhaitez être un psy à votre compte pour gagner de l’argent rapidement, choisissez une autre option (– et là, j’ai probablement perdu 50% de mes lecteurs !!!). C’est possible ! Mais votre motivation doit être bien plus grande que « juste gagner beaucoup d’argent » — BIEN PLUS GRANDE !

Etre à son compte, c’est entreprendre. Entreprendre – c’est entreprendre. Ce n’est pas « devenir riche ». Entreprendre, c’est grandir, se développer, innover, se casser la figure, se relever, persévérer, réfléchir, se remettre en question ( – j’ai encore perdu 50% des lecteurs restants…).

En France, la plupart des entreprises commencent à faire des bénéfices entre 3 et 5 ans d’existence, voir entre 5 et 7 ans d’existence dans certains domaines. J’ai commencé à me payer un tout petit peu au bout de 2 ans, sachant que j’avais pas mal des prestations plutôt « saisonnières ». Là encore, ça dépend de votre public.

Maintenant, si vous avez un projet, une vision précise du type d’impact que vous souhaitez avoir je vous conseille de commencer par :

–       Gardez la vision… elle sera votre « pourquoi », votre moteur au milieu des épreuves et des doutes ! Ecrivez votre vision, l’impact que vous souhaitez avoir autour de vous et ayez des témoins de cette vision. Des amis, des mentors, qui seront là pour vous épauler et vous rappeler de relire votre vision.

–       Acceptez de diversifier vos prestations. J’ai aussi accepté des prestations liées à la psycho, mais qui étaient pour moi « alimentaires », comme des enseignements dans certains centres de formations. N’ayez pas peur de cela – vous pouvez apprendre de « partout ». Au bout d’un moment, vous allez percevoir qu’elles seront pour vous les « presta » alimentaires et les « presta – coup de cœur ». Le fait de l’identifier vous aidera à savoir où investir plus d’énergies, de finances, de réseautage et de voir quelles sont les prestations qui servent le plus votre « vision », votre « pourquoi ».

–       Vous pouvez également trouver un job alimentaire à temps partiel qui «préserve » votre cerveau pour qu’il soit optimal pour vos presta. Beaucoup d’entrepreneurs ont commencé par avoir un job alimentaire le jour et développer leur entreprise la nuit – du moins, une partie de la nuit… Dormir est important ! Certains ont fait le contraire : développement de leur entreprise le jour et job alimentaire la nuit !

–       Prévoyez une épargne. Economisez pour pouvoir payer des charges qui vous tombent dessus sans prévenir – et croyez moi, elles ne préviennent presque jamais !

–       Trouvez une solution pour multiplier vos ressources financières et obtenir un revenu résiduel – je n’avais pas envisagé cette solution et je le regrette. Si j’avais été plus ouverte à cela il y a 5 ans, je l’aurais fait plus tôt ! Avec mon mari, on souhaite rester le maximum de notre vie à notre compte, alors on travaille à diversifier les sources de revenus, et en particulier une base « récurrente » stable, et de plus, cela nous forme au niveau « business »… car les études de psycho ne nous aident pas trop à ce niveau 😉

Si vous n’avez ni anticipé votre lancement, ni envisagé de diversifier vos ressources, il vous reste une solution : trouver un conjoint « plein aux as », qui vous permettra d’ouvrir votre cabinet sereinement haha !!

Alors pour revenir à la question de bien gagner sa vie, cela dépend de plusieurs facteurs. Dans un prochain article, on en abordera d’autres : le long terme, l’aspect « multiplicateurs », les produits, ect…

Si vous êtes toujours présent, cliquez sur « like » !!

Pin It

Lydia

2 thoughts on “Etre à son compte : Est-ce qu’on gagne bien sa vie ?”

  1. camus - 5 novembre 2014 8 h 47 min

    bonjour Lydia
    Définitivement : bravo! J’adoooore vos posts et votre style! Je serai ravie d’échanger avec vous autour d’un café ou d’un déjeuner, je suis assez souvent dans le quartier des facs, si vous voulez on peut s’y retrouver.
    A bientôt j’espère!
    Nathalie
    divorcée (mais pas déprimée), maman (en crise avec une ado de 15 ans), libérale ( et heureuse de l’être), peintre amateur, et bichoneuse pour mon homme (sauf la cuisine ça c’est lui)

    1. Lydia - 5 novembre 2014 22 h 35 min

      Bonjour Nathalie,
      Quel plaisir de vous lire ! Je vous contacte bientôt pour des retrouvailles 🙂 Merci pour votre retour concernant le blog. A très bientôt.

Comments are closed.